Les 5 étapes de mon Coming out personnel

En ce mois de Gay Pride, j’aimerai vous faire partager ce moment unique dans une vie, dans ma vie : mon coming out.

Tout d’abord, je souhaite prévenir que cet article concerne uniquement mon expérience personnelle. Chaque Coming out est différent, mais, surtout, plus ou moins difficile pour certains. Commençons du début, si vous le voulez bien…

Le « coming out » d’une auteure en 5 étapes

Le commencement !

Tout débute lors de mes sept ans. Alors en CM1, j’avais une camarade de classe, très jolie, pour qui je vouais une admiration certaine. Une telle admiration que je parlais d’elle constamment à mon frère. Bien entendu, à l’époque, je n’arrivais pas à mettre de mots sur ce que je ressentais envers cette élève.

Alors quand mon frère m’a dit un jour, après que j’eus une nouvelle fois parlé d’elle sur le chemin du retour à la maison, « À force de parler de cette fille à longueur de temps, tu ne seras pas lesbienne ? », là, ce fut une interrogation interne qui se produisit dans mon for intérieur tout d’abord, avant d’être catégorique. Non, c’était impossible. Je savais que quelque chose n’allait pas avec moi, et je ne savais pas encore de quoi il en retournait, mais c’était certain que ce n’était pas cela. Je me le refusais !

Le refoulement !

Dans une période de ma vie assez compliquée, j’étais devenue assez solitaire et renfermée sur moi-même. C’est à cette même période qu’un jour, vers mes 13 ans, j’étais avec ma mère devant la télévision quand le clip de TATU passait sur la chaine musicale. Ma seule phrase en voyant ce clip fut : « Les lesbiennes sont contre nature, ça ne devrait pas exister ».

Ma mère m’avait longuement regardé avant de me répondre : « Elles s’aiment ; où est le mal ? Elles sont comme tout le monde ».

Je le comprendrais des années plus tard, mais ce jour-là, inconsciemment, un poids s’était enlevé de mes épaules. J’étais loin de m’accepter, mais sa réponse m’avait indéniablement rassuré.

Les années lycée !

coming outL’acceptation fut très longue et très douloureuse pour moi, comme pour ma famille. Certes, je commençais à comprendre peu à peu, mais il était hors de question que je sois ainsi. J’ai donc mis ses sentiments de côté durant des années. Ma première erreur. Refouler ce que l’on est n’est jamais bon après tout. Et c’est véridique. Pour oublier ce que j’étais, j’ai fait certaines erreurs qui auraient pu être fatales pour moi, et tristes pour ma famille et mes amis.

Heureusement, tout à changer quand je suis rentrée dans un nouveau lycée. J’avais dans ma classe une fille qui, elle, s’acceptait totalement. Je n’étais pas proche d’elle, mais de la voir s’accepter avec autant de facilité m’a peu à peu ouvert les yeux. Elle était plus heureuse que moi, c’était une certitude. Commença alors mon acceptation. Bien entendu, cela ne s’est pas fait du jour au lendemain, mais durant des mois et des mois.

Le coming out à ma famille proche !

Je ne rentrerai pas dans les détails de : quand ? Où ? Comment ? Et quels mots se sont dits ce jour-là ? Mais, je peux vous dire que ma famille l’a assez bien prise. Enfin, non. Ce serait mentir… Une personne, proche de moi, a eu beaucoup de mal au début. Il lui a fallu du temps pour accepter la situation. Mais à force des années, cette personne a fini par comprendre que j’étais heureuse en étant moi-même. Et pour elle, c’était le principal.

D’ailleurs, avant de publier mon premier livre, seule ma famille proche savait. Le reste de ma famille, non. Pourquoi ? Eh bien, tout simplement, car je ne ressentais pas le besoin d’en parler. Mes proches le savaient et cela me suffisait pour être honnête. Alors, lors de la sortie de mon premier livre, tous l’ont su par ce moyen. Ce fut un « coming out » unique et étrange, pour le coup.

Le coming out à mes amis !

Là encore, ce fut cocasse avec certains d’entre eux et je ne rentrerais pas dans les détails. Certains l’ont bien pris. Certains ont été choqués au début, mais on finit par s’y faire. D’autres l’ont très bien pris dès le début. Quant aux autres, ils se sont éloignés de peur que « je leur saute dessus ». Eh bien quoi ? Vous ne saviez pas que les lesbiennes sautent sur tout ce qui bouge ? Eh bien, moi non plus ! Quoi qu’il en soit, leur perte fut une bonne chose pour moi. Cela m’a permis de ne pas être entourée de personnes néfastes.

coming out lesbien

Voilà comment s’est passé mon coming out familial ainsi qu’amical. Je sais que certains n’ont pas eu la chance d’en vivre un aussi bien. Et cela me désole, car, en fin de compte, on est ce que l’on est, qu’importe qui l’on aime. Et tous les parents du monde devraient se dire : tant que mon enfant est heureux, il peut aimer n’importe qui. Après tout, le regard des gens devient secondaire quand on aime, non ? Le tout est d’être en accord avec son cœur…
Puis, un homme ou femme, n’est-ce pas la même chose ? Pourquoi vouloir mettre des étiquettes sur ce que l’on est ? Je ne m’en suis jamais mise personnellement. Pour moi, je tombe amoureuse ou je suis attirée par une personne, non un sexe.

J’espère que cet article vous a plu. Pour tout vous avouer, j’ai eu beaucoup de mal à l’écrire. J’avais peur de trop en dire, ou au contraire, de ne pas assez en dire. J’ai alors essayé de trouver un juste milieu. N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez en commentaire, ci-dessous.

Et vous ? Comment s’est passé votre Coming out ?

7 Replies to “Les 5 étapes de mon Coming out personnel”

  1. Aurore says:

    Un super article qui peut parler et toucher un grand nombre de personnes.
    Je trouve ça courageux de te confier et de nous faire partager une partie de ta vie.

    Répondre
    1. Audrey says:

      Je l’espère en tout cas. Ce fut avec plaisir bien que compliqué.

      Répondre
  2. Aurore Sibret says:

    Comme toujours un super article comme tu le dis malheureusement y en a qui n’ont pas cette chance là et je le confirme ma famille me rejette à cause de ce que je suis et aussi à cause de ma maladie pour eux je suis un monstre inventant une maladie imaginaire, si je ne les contactes pas ils ne me contactent pas non plus sauf mon plus petit frère avec qui j’ai un meilleur rapport d’entende mais il m’a fallu faire près de 1000 km pour que ce rapport ce face réellement.
    En tout cas je ne regrettes pas je suis ce que je suis même si je suis célibataire, j’aime une femme et j’espère qu’un jour une femme pourra m’aimer aussi.
    En tout cas bravo pour ce beau article et oui sa pourra en aider plus d’un enfin je les espère aussi.
    A très vite pour d’autre article

    Répondre
    1. Audrey says:

      Je suis vraiment désolée de voir que le tien ne s’est pas bien passé. C’est un tel dommage de voir que, de nos jours, certaines familles n’arrivent pas à accepter cela. Cela me désole, vraiment. Courage à toi, et si besoin d’en parler, je suis disponible en message privé. Je l’espère aussi en tout cas, c’est tout ce que je souhaite finalement.

      Répondre
      1. Aurore Sibret says:

        Merci beaucoup.

        Oui malheureusement de nos jours il y en a plus d’un dans le même cas que moi et sais dommage.

        Nous sommes quand même au XXIème siècle et pourtant cela existe toujours, j’espère qu’une toutes ces mentalités dévastatrice pour les générations futurs.

        Le principal je penses avant tout sait de pouvoir s’accepter tel que l’on est ensuite si les gens nous acceptes c’est très bien et ceux qui n’accepte pas tant pis il vaut mieux avoir à côté de soit des bonne personnes que des mauvaises.

        La vie n’est pas toujours facile pour l’un ou l’autre mais il faire avec ont a pas le choix.

        Merci de ta réponse en tout cas encore bravo pour ce bel article.

        Répondre
  3. Stéphanie Pirard says:

    En effet, le coming out fait le tri au sein de la famille et amis… C est super lorsque son entourage accepte. Il y a encore trop de gens avec leurs préjugés qui pensent que les homos sautent sur tout ce qui bougent… N importe quoi. Merci pour ce partage. Le plus important est le bonheur 😉😉😉

    Répondre
    1. Audrey says:

      Oui, et, généralement, c’est un bon tri 😉 Les préjugés sont les fléaux de ce monde. Le jour où il n’y en aura plus aucun, ce sera un monde idéal. Avec plaisir 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.